À l’heure actuelle, au sommet sur le climat à Paris, le nouveau ministre fédéral de l’Environnement, qui représente les Canadiens, s’oppose vivement à tout traité juridiquement contraignant sur le climat. Elle n’a pas de chiffres à présenter sur nos cibles de réduction nationales et n’est pas disposée à restreindre la croissance des sables bitumineux de l’Alberta.

Justin Trudeau a déjà promis d’aller de l’avant avec de multiples projets de pipelines. Maintenant, son gouvernement se sert d’une page du livre de recettes de Harper en refusant systématiquement d’aller au-delà des cibles fixées par les États-Unis.

Selon le premier ministre Couillard, ” le Québec a largement fait sa part ” pour réduire les GES.

Autrement dit, quoi qu’il arrive à Paris, le gouvernement du Québec refusera d’accroître ses efforts.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here