Le 21 janvier, les députés du NPD du Québec ont élu Raphaël Fortin comme chef. « Bien que nous souhaitons la meilleure des chances à M. Fortin, nous constatons avec déception qu’il s’intéresse davantage au centre qu’à la gauche de la politique québécoise », a déclaré Alex Tyrrell, chef du Parti Vert du Québec.

Le nouveau chef du NPDQ s’oppose au salaire minimum de 15 $. « Il est assez surprenant de voir un parti qui se présente comme progressiste s’opposer, dès le départ, à l’une des plus grandes revendications des travailleurs et des syndicats du Québec », a déclaré M. Tyrrell.

Sur le plan environnemental, M. Fortin propose de miser sur les voitures électriques en « doublant les crédits d’impôt » et en éliminant la TVP sur ces véhicules. Le gouvernement verse déjà jusqu’à 8 000 $ en subventions pour chaque véhicule électrique vendu. « Avec le plan de M. Fortin, le gouvernement du Québec subventionnera l’achat de chaque véhicule électrique jusqu’à concurrence de 20 000 $. Ce montant astronomique représente littéralement un chèque en blanc pour l’industrie automobile et ne produira pas les effets escomptés. Le transport en commun est la seule solution de transport durable pour les centres urbains du Québec », a réagi Alex Tyrrell.

Au-delà de l’environnement et des droits des travailleurs, M. Fortin défend une position très faible en matière de politique identitaire qui cherche à rallier les votes de la droite nationaliste. « Il est assez surprenant d’entendre le nouveau chef du NPDQ s’opposer au droit des personnes qui portent des symboles religieux de travailler comme policiers, procureurs de la Couronne ou juges. Il dit qu’il veut consacrer très peu d’énergie à la défense des droits des minorités. C’est décevant », a déclaré Alex Tyrrell. « Ces gens sont pleinement qualifiés pour leurs postes et leurs droits sont inscrits dans la Constitution canadienne ».

« Les députés du NPDQ ont choisi un chef qui se positionne au centre de la politique québécoise plutôt qu’à gauche. Leur stratégie électorale ne tient pas compte de la présence du Parti Vert du Québec sur la scène politique québécoise. Le Parti Vert du Québec a une véritable plateforme de gauche, éco-socialiste, féministe et multiculturelle, ainsi qu’une équipe solide ; nous avons déjà mis de l’avant 15 candidats hautement qualifiés pour l’élection générale de 2018 », a conclu Alex Tyrrell.

Que propose le Parti Vert du Québec ?

Nous appuyons un salaire minimum de 15 $, des investissements massifs dans le transport en commun ainsi que l’abolition des tarifs, plutôt que d’offrir de généreuses subventions à l’industrie automobile, ce qui ne fera qu’avancer une technologie basée sur la surconsommation de nos ressources naturelles. N’oublions pas que les véhicules électriques nécessitent l’extraction de terres rares et que de nombreux citoyens et Premières nations sont déjà mobilisés contre de tels projets au Québec.

Sur le plan identitaire, le Parti Vert du Québec défend un Québec inclusif où chacun est libre de manifester sa foi, quelle que soit sa profession. Nous sommes la véritable alternative progressiste et fédéraliste pour les Québécois.

Un virage décevant vers le centre.

Posted by Alex Tyrrell on Monday, January 22, 2018

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here