Le 7 août à Ottawa, les délégués au congrès fédéral du Parti vert du Canada ont voté massivement en faveur du boycott, du désinvestissement et des sanctions contre les secteurs de l’économie israélienne qui bénéficient de l’occupation des territoires palestiniens.

Le résultat de cet exercice de démocratie à la base n’a pas plu à la chef du parti, Elizabeth May, qui a commencé à critiquer son propre parti après le congrès, qualifiant les personnes qui ont présenté la résolution BDS de  » personnes à problème unique  » et liant le mouvement international de la société civile à l’antisémitisme perçu. Elle est allée jusqu’à menacer de se retirer si le vote n’était pas renversé par l’exécutif du parti lors de leur prochaine réunion avant de partir en vacances pour une semaine.

En tant que chef des Verts au Québec, le seul parti vert écosocialiste au Canada, et en tant que personne qui a observé le parti fédéral à distance pendant de nombreuses années, je n’ai malheureusement pas été surprise de voir May s’élever contre cette politique et tenter de marginaliser ceux qui l’appuient. Au fil des ans, Elizabeth May a poussé le Parti vert du Canada à se rapprocher de plus en plus du centre de la politique canadienne. Ses politiques sont très éloignées de ce que son homologue américaine, le Dr Jill Stein, a défendu lors de la campagne présidentielle de ce pays.

Read The Entire Text on Ricochet 

Here is an new piece I wrote for Ricochet on the current debate on #BDS within the Green Party of Canada and where we should go from here.

Posted by Alex Tyrrell on Tuesday, August 23, 2016

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here