Lundi soir, le Nouveau-Brunswick est entré dans l’histoire en élisant le chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick à l’Assemblée législative. Le peuple a également élu un gouvernement libéral majoritaire qui faisait appel auparavant pour un moratoire sur les gaz de schiste. Le nouveau premier ministre, Brian Gallant, a 32 ans et son élection représente une prise de pouvoir par une nouvelle génération, peu importe si nous sommes d’accord avec ses politiques.

Pendant cette campagne, David Coon a présenté un programme progressif autant sur les enjeux environnementaux que les enjeux sociaux. Il a tenu la route en mettant de l’avant le droit d’accès à l’avortement, la gratuité scolaire et l’interdiction des nouvelles infrastructures pétrolières telles que l’oléoduc Énergie Est et la fracturation hydraulique.

Jeune de deux élections, le Parti vert du Nouveau-Brunswick a réussi à surpasser le NPD en nombre de sièges. Il a tenu un discours beaucoup plus progressiste, alors que le NPD de Dominic Cardy s’est obsédé avec la réduction de la dette et a hésité de se prononcer sur des enjeux centraux de la campagne tel que l’exploitation des gaz de schiste.

Bravo à David Coon et toute son équipe qui ont travaillé très fort dans cette élection. Félicitations à Carmen Budilean, vice-présidente du Parti vert du Québec, qui a joué un rôle important dans cette élection et celle du PVQ en avril dernier.

Alex Tyrrell
Chef du Parti vert du Québec

 

+ posts

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here